Construisez le BV Ouest
Sainte Pazanne
avec nos planches décorées

1-La gare de Sainte Pazanne en N. Une réalisation à la portée de tous avec nos planches décorées

Ce type de bâtiment équipe la ligne entre Pornic et Nantes. Très classique avec un corps central encadré de deux petites ailes dont les toits sont couverts d’ardoises. Les chaînes d’encoignures, les appuis, les linteaux des ouvertures, sont en briques, caractéristiques architecturales qui donnent un certain caractère à la construction. Seule particularité : les arcs de décharge des portes et fenêtres qui sont légèrement surbaissés.

Construction en N

A partir des deux plans fournis dans notre espace téléchargement, vous devrez réaliser quelques copies sur votre imprimante. Les copies devront être faites en couleur. Le montage s’effectue sur un carton contrecollé de 1,5 mm environ d’épaisseur. L’épaisseur de la maçonnerie étant en réalité de 0,25 m entre les ouvertures et les façades cela donne 1,6 mm en N. Certaines petites pièces peuvent être plus aisément collées à l’aide d’un dévidoir à micro bandes d’adhésif double face utilisé pour le collage des photos. Ce type d’accessoire est très utile et ne coûte que quelques euros (photo 3). La première intervention consiste à coller la planche n°1 sur le contrecollé à l’exception des trois toitures qui le seront sur un petit morceau de Bristol ou mieux sur un morceau de Rigidex blanc de préférence ou à défaut gris (le Rigidex est la matière très rigide dont sont fait les sous-dossiers, vous pouvez en trouver dans les rayons papeterie des supermarchés). Préalablement au collage des toitures sur du Rigidex, vous pourrez pour plus de réalisme embosser cette partie représentant les toits en utilisant un lissoir ou tout objet à bout arrondi en frottant la feuille sur une plaque plastique de toiture du commerce en N. Une fois cette opération menée à bien, vous devez découper toutes les ouvertures, y compris les passages des cheminées sur les toits (photo 4). Vous avez certainement remarqué que les extrémités des huit murs (A1, A2, B1, B2) comportent un trait rouge en petits tirets. Ce tracé est en fait la ligne de découpe exacte de chaque mur. Lorsque vous en serez à l’étape de l’assemblage des murs, vous devrez veiller à ce que les pièces représentant les encoignures recouvrent correctement l’angle de chaque pièce, et c’est à ce moment seulement que vous retrancherez ce petit millimètre et demi. La toiture devra être rainée avec un vieux stylo ou mieux, en passant très légèrement le Cutter en veillant bien entendu à ne pas trop entamer le carton. Mettre ensuite en attente.

L’habillage des murs

Vous commencez le travail en encollant d’adhésif transfert les deux parties réalisées devant être imprimées sur du papier 80 g et reproduisant l’habillage des cheminées et la tranche du carton au droit des ouvertures (photo 5). Vous habillez ensuite toutes les «tranches» des ouvertures (photo 6). La deuxième opération consiste à revêtir d’adhésif transfert la planche n°2 réalisée sur du papier mi-teinte blanc. Je vous conseille d’utiliser l’adhésif transfert qui rendra cette étape beaucoup plus facile à finaliser. L’ensemble de la planche subira cet encollage à l’exception des parties faisant l’objet des tirages sur papier 80 g et sur transparent. Vous pouvez alors découper l’ensemble des pièces représentant les corbeaux, archivoltes, bandeaux, allèges, soubassements, et autres meneaux en brique ou pierre. Cette opération doit être faite avec soin et patiemment, car de son résultat dépend l’aspect de la maquette finale. La pose de ces différentes pièces va donner du relief à l’ensemble (photos 7 et 8). Une fois toutes ces pièces en place il faut réaliser l’essai de la pose des chaînes d’encoignure. Selon l’épaisseur exacte du carton que vous avez choisi comme base, vous pourrez retrancher plus ou moins la fine bande de carton surnuméraire repéré par le tracé rouge et ceci après avoir vérifié le recouvrement parfait de vos chaînes d’encoignure. Vous pouvez peaufiner les petits écarts en utilisant une lime à ongles an carton.

La réalisation des vitrages

Cette étape terminée vous choisirez la méthode de réalisation des vitrages. La première est fort simple et consiste simplement à coller en place les feuilles dont les vitrages sont imprimés en noir. La seconde consiste à découper dans les feuilles dont les vitrages sont représentés en blanc les blocs entiers à l’exception des meneaux (photo 9). Cette feuille sera préalablement encollée à l’adhésif transfert. Ensuite vous devrez coller celle-ci sur la feuille transparente imprimée. Attention avant le collage sur le transparent vérifiez bien que vos vitrages découpés viennent bien en place sur l’imprimé transparent. Assez souvent, l’impression sur ces supports génère un léger décalage, il serait alors nécessaire de coller les ouvertures individuellement. Prenez votre temps, si vous n’êtes pas sûr de vous procédez plutôt ouverture par ouverture, l’adhésif transfert ne supporte pas un décollage. Pour éviter une mauvaise pose je vous suggère de fixer provisoirement sur votre planche de travail vos morceaux de transparent avec du ruban à masquer, ceci vous évitera un collage maladroit. Pour obtenir un résultat optimal, je vous conseille d’utiliser un sandwich de deux transparents collés l’un sur l’autre. La densité de l’impression sur transparent étant assez légère ceci renforcera notablement le rendu final (photo 10). La dernière méthode consiste à découper chaque vitrage individuellement. Il va sans dire que c’est un exercice de patience, mais parfaitement réalisable. Pendant vingt ans de pratique de cette échelle, j’ai découpé des centaines de fenêtres de cette façon. Un conseil, travailler sous un bon éclairage, changez très souvent la lame de coupe. Commencer par encoller votre feuille à découper à l’aide de transfert ou de colle aérosol, coller ensuite votre feuille sur un support transparent assez épais afin que lorsque vous allez découper vos vitrages vous ne découpiez pas avec le transparent, à cet effet la feuille d’acétate me semble constituer le meilleur support, soulevez ensuite délicatement chaque contrepartie. Tout ceci achevé vous pouvez ajouter des petits détails tels que panneaux inférieurs des portes, affiches, plaques de gare. Avant de coller définitivement vos blocs de vitrages sur les murs vous aurez soin de retrancher environ 4 mm de ceux-ci à leurs extrémités ainsi que les parties situées entre le corps central et les ailes afin de ne pas créer d’épaisseur supplémentaire qui pourrait créer une gêne lors de l’assemblage des murs entre eux et fausser l’aspect final lors de la pose des chaînes d’encoignures (photos 11 et 12).

L’assemblage des murs

Avant d’assembler les murs entre eux, vérifiez une dernière fois le positionnement des chaînes d’encoignures de telle façon qu’elle recouvre parfaitement leur contrepartie imprimée sur les façades et n’offre pas de décalage disgracieux. Ceci fait vous pouvez assembler l’ensemble corps central-ailes contre les deux grands pignons. Pour faciliter le collage, l’ajout d’une baguette de bois de 2 mm de côté donnera une solidité accrue au montage. Il est utile de laisser sécher cet assemblage une nuit. Vous pourrez alors poursuivre en collant les morceaux C3 et C4 qui serviront à supporter l’extrémité des toitures des ailes, il vous faudra peutêtre procéder à un léger ajustement pour que les deux pièces viennent s’encastrer entre les murs des annexes. Vous terminerez en collant les deux pignons des ailes. La décoration se poursuit par la pose des huit chaînes d’encoignures que vous aurez préalablement rainées avec une passe légère du cutter. Elle sera complétée par la pose des pierres d’angle sur les soubassements (photo 13).

Les toitures

Il reste à mettre en place le toit du corps central. Celui-ci doit être tout d’abord glissé dans les souches de cheminées, procédez à un essai et rectifiez si nécessaire jusqu’au passage parfait des cheminées. Une fois bien en place quelques points de colle seront appliqués sur l’arête des pignons. Vous pouvez désormais coller les toits des ailes. Ces opérations menées à bien il vous reste à habiller définitivement les cheminées. Cet habillage consiste à mettre en place les petites surfaces de brique que vous avez imprimées sur la feuille de papier blanc 80 g (vous pouvez également opter pour une représentation en enduit de ciment). Cette feuille ne sert qu’à cette opération ainsi qu’à l’habillage des ouvertures comme nous l’avons vu précédemment, les autres supports étant trop épais pour être utilisés. Il vous faut entourer délicatement chaque cheminée, puis, en final découper le trop de papier à l’aide d’une lame de cutter neuve. La souche collée au sommet vient couronner le tout. Il reste à découper les chéneaux et les rives qu’il faut poser en place (photo 14).

Les finitions souhaitables

Suivant votre goût et votre imagination vous finaliserez votre construction en ajoutant les gouttières en fil de soudure, antenne télé, potelet EDF, enfin tout ce qui donne vie à ces petites maquettes. Sachez que si vous n’êtes pas parfaitement satisfait d’un montage il vous sera toujours possible de recommencer l’opération en imprimant à nouveau un élément.

Dans l’article suivant, je donne quelques conseils pour réaliser le même bâtiment cette fois en H0 !

La gare prise le 16 juin 2013 à 17h avec trois TER AGC en provenance de St-Gilles, de Pornic et à destination de Pornic (photo Patrick Durant).

18-La gare prise le 16 juin 2013 à 17h avec trois TER AGC en provenance de St-Gilles, de Pornic et à destination de Pornic (photo Patrick Durant).

Construction en H0

Après notre construction au 1/160, passons à l’échelle du 1/87. Tous nos conseils précédents sont bien sûr valables pour cette maquette plus grande.

Le principe est fort simple : à l’aide des deux plans joints fournis dans notre espace téléchargement, vous effectuerez des impression sur papier Canson® comme expliqué dans le texte de montage de la gare en N. Les grandes bases sont les mêmes. Cependant certaines contraintes spécifiques en H0, nécessites quelques adaptations que je vais développer ici. Il faudra réaliser six copies des deux planches sachant que les façades du côté rue et voies sont identiques (deux copies pour réaliser les murs, deux pour l’habillage de briques et deux pour les portes et fenêtres). Pour respecter au plus près l’épaisseur de la maçonnerie, j’utilise du carton de 3 mm d’épaisseur. Ceci peut rendre l’opération de découpe un peu plus difficile, l’utilisation du carton plume satisfera ceux qui veulent aller vite.

Je vous propose le plan avec des volets et des ouvertures non coloriés, vous pourrez ainsi choisir les teintes qui vous conviennent le mieux en effectuant des tirages sur les couleurs de votre choix. Le découpage des carreaux des portes et fenêtres reste un problème toujours délicat en N, en H0 il sera plus facilement réalisable, je vous conseille cependant d’utiliser du Canson® pour le tirage destiné aux ouvertures. Certains papiers ont tendance à se déliter lors de la découpe et sont impropres à cet usage. Pour ma part, je procède à l’encollage à l’aide d’une bombe de colle permanente, ensuite je colle ma planche de Canson® sur un acétate de 3/10 de millimètre d’épaisseur. L’acétate est un support très ferme et vous risquez moins de le découper en même temps que vos «vitrages ». Procédez ensuite à la découpe carreau par carreau, la polymérisation de la colle est assez longue pour permettre l’opération et l’enlevage de chaque rectangle de papier. Les toitures peuvent être réalisées facilement soit en optant pour une découpe de bandes de Canson® bleu foncé encollées et superposées, soit en utilisant les planches proposées par Redutex.

Le grand choix existant en H0 en matière d’accessoires vous permettra de compléter facilement cette construction.#

6-La gare de Sainte Pazanne côté voies, photographiée en juin 2013 (photo Patrick Durand).

6-La gare de Sainte Pazanne côté voies, photographiée en juin 2013 (photo Patrick Durand).

Infos Mat.

Pour la planche 1 :
– une copie sur papier Canson® Mi-teintes lys, ivoire ou gris perle
– une copie sur un papier laser/jet d’encre blanc 160 g

Pour la planche 2 :
– une copie sur Papier Canson® Mi-teintes blanc
– une copie sur un papier laser/jet d’encre blanc 160 g
– une copie sur un papier laser/jet d’encre blanc 80 g
– une ou deux copies sur un transparent rétroprojecteur pour ceux qui renonceront à la découpe de tous les petits bois des ouvertures.

Les outils et colles
Cutter, paire de ciseaux, limes carton, crayons, colle permanente (en bombe ou liquide genre Cléopâtre), adhésif transfert 3M, colle à bois (vinylique rapide).

Impression

Les fichiers PDF des planches à télécharger dans notre espace dédié, devront éventuellement être adaptés à l’échelle de l’imprimante utilisée. Il faudra utiliser les options dans les paramètres d’impression d’Acrobat Reader ou équivalent :
– « Zoom ou « échelle en % » pour ajuster l’échelle d’impression afin d’arriver à la taille indiquée sur le plan
– « Affiche » ou « format des pages » pour que l’impression soit découpée automatiquement en plusieurs pages A4

Alain Joigneau

Alain Joigneau

Auteur