Comment faire l’herbe d’une prairie ou d’un talus ?

La soirée approche, il fait moins chaud, on en profite pour brouter l’herbe encore verte pour la saison… Vaches Preiser revues et corrigées (cornes affinées et robe fauve des vaches de Salers).

Réaliser une prairie ou une pelouse, un exercice perçu comme simple de prime abord mais les premiers essais aboutissent souvent à un effet « moquette » pas très réaliste. Passons en revue les produits à notre disposition dans le commerce spécialisé pour reproduire la végétation basse avec harmonie.

Les meilleurs produits…

L es fabricants ont mis les bouchées double depuis ces dernières années et vous proposent des produits mieux adaptés, voire spécifiques pour reproduire dans de bonnes conditions les aspects variés de la nature.
Nous retrouvons la classique fibre textile en rayonne (fibre semi-synthétique fabriquée à partir de sources naturelles de cellulose régénérée, comme le bois et les produits agricoles connexes). Disponible avec des variantes «courte ou rase» avec Faller, Noch, Woodland Scenics (photo 3) ou «longue et enchevêtrée» comme Faller, Noch, Heki- Decovlies Wildgras/Wiesengras. Au rayon des flocages mousse (photo 5), des gammes très complètes en finesse de grain et en couleurs variées (Faller, Heki, Noch, Woodland Scenic).
Pour reproduire les prairies, landes et autres surfaces enherbées, les tapis adhésifs de dernière génération sont hyper réalistes et facilitent grandement la reproduction de telles étendues naturelles (Busch, Faller, Mini Natur, Noch, Sylvia-SDD, etc.).

… et ceux à éviter

Toujours présentes dans les catalogues, les mousses d’Islande sont à notre avis quelque peu distancées par les produits cités précédemment. Néanmoins, floquées de mousse fine et mises en arrière-plan, elles peuvent trouver leur utilité pour simuler une végétation dense (bois, forêt, etc.) aux échelles N et H0.
Les traditionnels «tapis floqués » sont eux aussi inlassablement dans tous les catalogues des marques. Nous avons abandonné depuis longtemps son usage peu souple et pour son côté plutôt «jouet» fort peu réaliste. Néanmoins, dans le cas de toute petite surface (petite parcelle engazonnée bien entretenue ou chemin en terre herbeux) son emploi peut être intéressant.
L’utilisation d’éléments naturels, tels les mousses des murs et des forêts, fleurs séchées, etc. sont à utiliser avec prudence car avec le temps ils se décolorent et sèchent jusqu’à tomber en poussière. Pour éviter ces désagréments et prolonger leur «fraîcheur», la peinture et le verni mat sont à votre disposition.

9 - Se protégeant de la chaleur estivale, les Salers et leurs petits s’assoupissent à l’ombre des feuillages au 1/87.

9 – Se protégeant de la chaleur estivale, les Salers et leurs petits s’assoupissent à l’ombre des feuillages au 1/87.

En réel

11 – Une prairie traditionnelle après le fauchage de son herbe (août 2002).

10 – Des «Aubrac» et leurs petits s’assoupissent à l’ombre des feuillages

La prairie avec du flocage

Qu’elles soient naturelles ou artificielles, ces étendues de graminées sont faciles à reproduire (photos 9, 10, 11).
Pour représenter une prairie ou le talus herbeux, nous avons le choix entre le flocage textile ou la mousse synthétique ou mieux le mélange des deux (photos 12 et 13).
C’est le flocage textile, généralement en rayonne, qui donne les meilleurs résultats : aussi, allons-nous nous attarder sur sa mise en oeuvre.
En premier lieu, le sol destiné à recevoir la prairie sera peint dans la tonalité générale de la prairie. Ce même effet peut être obtenu en teintant avec de la peinture acrylique ou une terre à décor, la colle utilisée pour la fixation du flocage (photo 14). Cette précaution permet d’économiser le produit.
Appliquez une couche épaisse (photo 15) de colle vinylique sur la surface à traiter (ne pas s’attaquer d’un seul coup à un espace trop important) et à l’aide d’une passoire, saupoudrer régulièrement la fibre textile en croisant les passages (photo 16). Pour obtenir un aspect plus réaliste, il est conseillé de mélanger préalablement plusieurs teintes dans un récipient. Pour permettre aux poils de bien se dresser verticalement, faire vibrer le support en tapant en dessous, immédiatement après l’application (photo 17). Après séchage complet, passer l’aspirateur pour enlever les poils non collés.
Pour améliorer l’aspect assez brillant de la rayonne, floquez un peu de mousse fine (photo 18) après séchage et la fixer par une vaporisation de colle en bombe ou de vernis mat (photos 19, 20). Cette opération n’est toutefois pas nécessaire pour reproduire une prairie à l’herbe rare.

21 – Sur un module en construction nous avons testé les produits Mini Natur : du haut de gamme!

Le talus avec un tapis d’herbes

Nous avons profité, de la construction d’un pont sur un diorama, pour tester quelques références de la marque Mini Natur au réalisme étonnant sur les talus ceinturant l’ouvrage d’art (photo 21). Le choix des références a été guidé par la nature des végétaux réels poussant sur les talus (herbes hautes, ronces, mauvaises herbes fleuries hautes, etc.) et par la saison, car les références Mini Natur sont les seules à nous offrir cette possibilité et à être ainsi à même de «coller» au plus près de, la réalité à un moment donné.
Sur ce diorama, le moment choisi se situe entre le début et la fin de l’automne. Nous allons utiliser des tapis confectionnés à partir d’une trame de fibres denses mais néanmoins aérées où vient se coller un flocage fin (photo 23).
Les herbes de milieu de chemin, sont des chenilles réalisées par de petites fibres encollées sur leur base adhésive transparente qui doit être impérativement mise en place avec une colle néoprène ou universelle transparente, pour une fixation solide et durable (photo 24).
Les touffes d’herbes courtes sont aussi des petites fibres encollées sur une base adhésive transparente. Elles doivent être impérativement mise en place avec le même genre de colle (photo 25).

Préparation du sol
De par la texture aérée des tapis, le sol généralement réalisé avec un enduit ou un plâtre doit être peint avec des couleurs sombres : brun foncé (terre) de préférence sous les ronces ou les herbes hautes ou en vert foncé pour la végétation basse.
Déterminez l’emplacement des différentes végétations par l’application de votre couche de peinture.

Mise en oeuvre
Découpez les tapis à l’aide d’une paire de ciseaux en prenant soin de donner une forme bien irrégulière (pas de coupe au carré SVP !), que vous avez délimitée par la peinture, à votre portion de «prairie» ou «lande» comme c’est le cas dans la réalité. Faites un essai à blanc (photo 26) pour voir si votre découpe correspond globalement à la surface peinte. Déposez une couche épaisse de colle vinylique sur la portion de terrain préparé (photo 27) et appliquez-y fermement votre «végétation» (photo 28) ici, la référence 720-24.
Poursuivez la même technique avec le reste de la couverture végétale comme ici avec la «prairie avec mauvaises herbes référence 721-24» à la couleur pas très facile à marier avec les autres tapis aux couleurs plus franches. A réserver en appoint pour de toutes petites surfaces pour varier les couleurs d’un talus comme ici. Comme dit plus haut, nous avons employé des herbes hautes Heki pour former un ensemble de ronces contre le pont (photo 29). Pour plus de précisions sur la technique de mise en oeuvre, voir le HS «Le décor du réseau ferroviaire » tome 1. 

Pour séparer élégamment deux aspects différents de végétation comme c’est le cas ici, un rideau d’arbrisseaux est réalisé en zeechuim (photo 30).
Les herbes en bas du talus doivent se «fondre» avec la végétation plus rase de la berge. Pour ce faire, avant de coller vos «morceaux» de tapis directement comme dans l’exemple précédent, vous devez rogner un côté sur son épaisseur (celui en contact avec la végétation de la berge) à l’aide d’une paire de ciseaux. Ainsi en diminuant la hauteur de votre «prairie», elle sera au niveau des autres herbes de la berge (photo 21).
Le couvert végétal de la berge est réalisé avec «les touffes d’herbes courtes 717-23» disposées en «clairsemé» de part et d’autre du chemin de halage. Les herbes de milieu de chemin sont coupées en petits tronçons pour venir se fusionner avec l’extrémité de la prairie de fin d’automne 720-24 (photos 21 et 30).
Pour terminer parfaitement ce talus, il est souhaitable de passer un voile de peinture mat pour atténuer le côté brillant des fibres des tapis. L’aspect final n’en sera que mieux restitué.
La mise en oeuvre des tapis floqués demande un peu de réflexion et de soin. Au moment de leur mise en place, la rigidité relative due à l’épaisseur des tapis peut surprendre le modéliste qui découvre cette gamme. Je vous conseille de commencer par la pose de petites surfaces pour vous familiariser avec ces produits. Un peu d’entraînement et vous pourrez vous lancer sur des étendues plus vastes !

En conclusion, une vaste gamme de produits pour des décors de haute qualité qui demande une petite période d’apprentissage de la part du modéliste pour réaliser les paysages de ses rêves!#

30 - ... le résultat sur cette photo. Les touffes d’herbes sont en place de part et d’autre du chemin de halage.

30 – … le résultat sur cette photo. Les touffes d’herbes sont en place de part et d’autre du chemin de halage.

Infos Mat.

Pour la prairie :
– fibre textile en rayonne Busch, Faller, Noch, Heki Decovlies Wildgras/Wiesengras, Mini Natur, Woodland Scenics
– peinture acrylique ou une terre à décor
– colle vinylique

Pour le talus:
Chez Mini Natur :
– prairie d’automne 720-24
– lande d’été 730-22 (épuisée, référence de substitution à venir)
– prairie avec mauvaises herbes (fleuries) de fin d’automne 721-22
– herbes longues de milieu de chemin, de début d’automne 728-23
– touffes d’herbes courtes de début d’automne 717-23.

Heki (Decovlies Wildgras) : herbes hautes 1573 à 1575
Woodland Scenics Turf : flocages fins T44, 45, 46

Jean Pierre Laurent

Jean Pierre Laurent

Ancien rédacteur en chef (1992-2019), spécialité décor

Couverture Rail Miniature Flash #652 - Janvier / février 2021

Retrouvez un autre article sur la réalisation de chemins et sol herbeux dans Rail Miniature Flash #652 de janvier / février 2021