Comment réaliser un arbre en fils électriques ?

Faire ses arbres n’est pas très difficile à confectionner soi même et bien plus facile avec nos conseils.

Confectionner soi-même ses arbres est toujours un acte gratifiant et économique, mais demande une méthode qui doit assurer le bon accomplissement de votre travail de construction et de décoration pour que votre arbre soit suffisamment réaliste.

Préparation des fils électriques

C ette méthode utilise des éléments simples et économiques : du fil électrique sous la forme d’un câble souple en fils multibrins en cuivre de 1 à 1,5 mm² qui nous permettra la réalisation du tronc et de l’ensemble des branches de l’arbre à construire (photo 2). Il faut retirer l’enveloppe synthétique qui entoure les fils de cuivre en la fendant longitudinalement avec la lame d’un cutter. Ainsi libérés, les fils sont réunis pour former le tronc principal. Il faut multiplier ce travail autant de fois que nécessaire pour réaliser le diamètre du futur arbre choisi. Il a fallu dénuder trois câbles de 1,5 mm² pour obtenir un tronc de 4/5 mm de diamètre dans notre exemple (photo 3). Pour des troncs plus importants, vous savez ce qu’il faut faire !

Les racines et le tronc

Commencez par la confection d’au moins cinq racines en torsadant plusieurs brins de fil ensemble. La racine centrale servira de point d’ancrage. Torsader les fils fortement (photo 4). À partir de ce moment, nous allons déposer de la soudure qui va nous aider à créer pas à pas le tronc est ses branches de cet arbre. Pour ce faire il vous faut un fer à souder de 30/40 watts, une panne à bout carré, de la soudure à l’étain qualité électronique de 0,8 mm, par exemple. Pour tenir l’arbre bien droit, un morceau de polystyrène extrudé de 40 mm ou de plusieurs épaisseurs de contreplaqué pour ceux qui n’ont pas confiance avec le polystyrène. Nous avons fait des dizaines d’arbres avec ce matériau ! Bien sûr, le fer à soudure a son «support en métal» (photo 5). Sur un plan de travail non inflammable (contreplaqué), déposez la soudure sur les racines, puis sur le bas du tronc. L’apport d’étain permet de remplir les espaces entre les brins de cuivre tout en maintenant les fils de cuivre (voir photo 6).

Les branches

Commencez par la création des premières branches qui seront plus épaisses que celles plus hautes dans l’arbre. Cinq à six brins sont légèrement torsadés sur les cinq premiers millimètres, puis déposez de la soudure sur le tronc et sur la «naissance» des branches (photo 7).  Le premier «étage» est composé d’au moins deux branches placées en opposition (180°), puis tous les centimètres environ en alternance, réalisez un départ de branche en tournant d’un quart de tour le tronc (photo 7). Vous pouvez tenir par un lien (attache en plastique armé pour arbuste) le départ de branche avant leurs soudures au tronc (photo 8). Une fois les deux tiers des branches créées, on peut commencer à réaliser les «branchettes». À ce stade vous pouvez mettre l’arbre en position verticale et son support choisi.
Là aussi confectionnez les premières terminaisons en repliant les brins sous la forme de multiples boucles (photo 9), puis souder les noeuds sur la branche principale et enfin coupez les boucles et redonnez la rectitude nécessaire aux extrémités des branchettes (photos 10). Bien remplir de soudure les branchettes qui pourront être plus facilement mises en forme.
Continuez à réaliser les branches et branchettes de la partie centrale de l’arbre (photo 11).
Les dernières branches au sommet de l’arbre sont légèrement raccourcies comme dans la réalité (photo 12) et les branchettes sont soudées avec soin et certaines sont remplies de soudure (photo 13). Si vous estimez que certaine branche non pas assez de branchettes, rien de plus simple : soudez des brins aux endroits qui en ont besoin.

Mise en peinture

Nous allons maintenant passer un apprêt de mastic pour carrosserie en bombe (photo 14), ici de couleur grise. Nous allons pulvériser le produit à environ 25 à 30 cm de distance sur l’ensemble de l’arbre et insister sur le tronc. Faites ce travail dans un lieu bien aéré et dans une cabine improvisée (une caisse en carton pour éviter au maximum la propagation des très fines particules de cet apprêt. On fera ce même travail de protection avec les peintures en bombe. L’enduit sèche assez vite si vous avez une source de chaleur (chauffage d’appoint avec ventilateur). Le surplus de mastic sur le tronc peut être uniformisé avec un couteau de peintre. Une peinture mate en bombe (photo 14) de couleur marron est utilisée pour teinter le tronc et les toutes les branches (photo 15). À ce stade vous devez personnaliser la couleur du tronc et des grosses branches. Choisissez la couleur en rapport avec la variété de l’arbre choisi.

Le feuillage

Pour imiter le feuillage sur un arbre «métallique » il faut lui donner du volume, puis un aspect feuilles plates. Pour le gonflant nous utilisons du filtre de hotte aspirante ou de filtre pour aquarium. Pour ceux qui ne trouveraient pas les deux produits, l’artisan Sylvia SDD a trois références «sylbranche» dont une version verte et deux en noir qui vous dépanneront efficacement (photo 16). Avec une paire de ciseaux, coupez des petits morceaux d’un demi-centimètre carré dans votre filtre que vous avez préalablement bien étiré pour améliorer son aspect qui doit être très vaporeux. Le collage des «petites touffes» peut être effectué soit avec de la colle en bombe (photo 17) en pulvérisant par petites touches, les branches sans toucher si possible le tronc. Nous préférons la colle pour PVC (photo 17) qui est déposée sur chaque branche avec un couteau de peintre ou un petit tournevis à lame plate qui évite de maculer le tronc de colle.
Commencez à garnir les branches du bas avec les petites touffes de filtre peint à la bombe en vert moyen (photo 18). Tournez petit à petit votre arbre en complétant les branches nues de ces petites touffes, puis remontez vers le sommet en effectuant le tour complet de l’arbre (photo 19. L’arbre muni de toutes ses touffes pour passer à l’étape finale (photos 20).
Le feuillage est réalisé à partir de minuscules copeaux de bois bien plats et colorés en plusieurs nuances de vert acheté dans diverses marques. Ces micros copeaux sont collés avec un adhésif dit «permanent» en bombe. Cette colle est vaporisée par petites touches précises sur les touffes en évitant de maculer le tronc et les grosses branches. Les copeaux sont déposés en pluie d’abord par le sommet de l’arbre, puis en le renversant, nouvelle « pluie » de copeaux !
Retouche de colle par-ci par-là tout en secouant légèrement le feuillage pour faire tomber le surplus de «feuilles».
Voilà, cet arbre est prêt à être «planté» sur votre réseau !#

22 – L’arbre finalisé, il manque encore une petite patine sur le tronc et les grosses branches.

22 – L’arbre finalisé, il manque encore une petite patine sur le tronc et les grosses branches.

Infos Mat.

– Câble électrique souple en fils multibrins de cuivre de 1 à 1,5 mm²
– Soudure d’étain pour montage électronique de 0,8 mm
– Lien en plastique armé pour maintien des arbustes (jardinerie)
– Apprêt mastic pour carrosserie en aérosol Auto-K
– Peinture mate en bombes
– Filtre hotte aspirante ou filtre d’aquarium ou Sylvia SDD Sylbranche n°3 ou 4
– Colle en bombe «collage permanent» ou colle PVC rigide
– Flocage copeaux de bois (Busch, Faller, Noch, Sylvia, etc.)
– Fer à souder de 30 à 40 W et son support métallique
– Pince coupante
– Pince brucelles

Jean Pierre Laurent

Jean Pierre Laurent

Ancien rédacteur en chef (1992-2019), spécialité décor