Amélioration du TGV POS Jouef

1-La motrice de la rame 4405 Jouef en cours d’essai.

Retour sur la rame TGV POS Jouef que nous vous présentons en réel, miniature et avec nos améliorations accessibles à tous.

En réel

L
es rames TGV POS de la SNCF La SNCF possède dix-neuf rames TGV POS incorporées au parc géré par le Technicentre Est-Européen. Chaque rame, d’une puissance unitaire de 9 900 kW, est issue de la recomposition d’un tronçon de huit remorques ex-TGV R «rénovées Lacroix» et de deux motrices neuves tricourant Alstom. A la différence des TGV Atlantique et TGV R, la chaîne de traction est asynchrone. Ces rames circulent à la vitesse commerciale de 320 km/h et sont essentiellement affectées aux trafics sur l’Allemagne, la Suisse et le Luxembourg dans le cadre de partenariats commerciaux signés avec les réseaux de ces pays. A cet effet, elles sont dotées des nombreux équipements de sécurité nécessaires à la circulation sur ces réseaux et ont, par ailleurs, subi les tests nécessaires à leur homologation (photos A à D). TGV POS : Paris Öst Frankreich Süd Deutschland.

En réel

A-Une motrice POS en cours de réception : rame 4407

B-Extrémité de voiture R1

C-Extrémité de voiture R8

D-Porte d’accès à la voiture-bar

E-Toiture de motrice POS

Les rames reproduites par Jouef

Elles sont composées de motrices Thalys (et non Duplex comme on peut le lire ailleurs à tort : la différence est très notable au niveau des grilles supérieures de ventilation et de la toiture, sans parler des bogies… car il faut de la place pour loger les équipements 15 kV) et de remorques intermédiaires de TGV-R.
La peinture est très correctement appliquée et les inscriptions abondantes, pratiquement complètes et à l’échelle, si bien qu’il faut une loupe pour lire l’affectation au «Technicentre Est-Européen» sur les motrices. La partie électronique des châssis a été revue et le montage d’un décodeur DCC ne pose aucun problème, le fonctionnement en numérique est par ailleurs très souple et permet de tirer le meilleur parti de ces rames. La partie électrique des motrices est identique à celle des rames Duplex : châssis métallique avec habillage plastique, moteur central largement suffisant pour entraîner les huit voitures et la fausse motrice. Toutes les voitures sont munies d’attelages à élongation et lestées. Ce lest est d’ailleurs conséquent et son retrait ne change rien à la tenue de voie (dans la mesure où l’on respecte les limitations de vitesse sur les aiguilles prises en pointe et en courbe !), mais diminue la consommation de courant et les contraintes sur la transmission. Consommation sous 12 volts avec huit voitures lestées : 340 mA environ.
Les pantographes sont identiques aux Lima des dernières productions : unijambistes et gris, seul point commun avec les pantographes réels. Heureusement, il existe dans la gamme Jouef un set de pantographes qui pourra prendre place sans difficulté et transformer l’aspect général de la toiture des rames (photos E et 5). Autre détail qui, lui, est difficile à rectifier : sur la remorque d’extrémité R 1, les portes du compartiment à bagages devraient comporter deux hublots oblongs au lieu du hublot rectangulaire d’origine. Souhaitons que sur les futures rames à remorques rénovées Lacroix, ce détail soit mis en conformité avec la réalité, l’espoir fait vivre…
L’éclairage des feux de signalisation est perfectible sans frais, nous expliquons dans cet article comment faire et en profitons pour ajouter un 3e feu blanc sur chaque motrice. Les opérations sur les circuits d’éclairage nous ont amenés à ajouter des rampes d’éclairage dans chaque voiture, rendant la rame beaucoup plus vivante mais aussi montrant des aménagements surannés !

En miniature

2-Extrémité de voiture R1

B-Extrémité de voiture R1

4-La voiture-bar

Amélioration

Pantographes
Le remplacement des pantographes d’origine s’impose sur un tel matériel, d’autant plus que des pantographes fins existent… chez Jouef. Un jeu de pantographes pour une BB 36000 est nécessaire par motrice. Démonter la caisse en glissant une lame de tournevis plat et large entre caisse et châssis au niveau du dessous de la traverse de tamponnement. Faire levier pour extraire l’arrière de châssis, puis écarter les flancs de caisse au niveau du bogie arrière : la caisse se sépare du châssis. Tirer le châssis puis l’extraire du nez en le tirant vers l’arrière. Dévisser les pantographes et supprimer leur appui avant et le cylindre qui les supporte au ras de la toiture. L’écartement des pieds des pantographes est identique pour les anciens et les nouveaux pantographes. Un 3e isolateur prendra la place du support avant (prélever ceux qui soutiennent le petit lanterneau). Percer un trou de 2 mm pour passage de la vis de fixation du pantographe et monter les pantographes dans le bon sens : le 25 kV à l’arrière de la motrice (Jouef a fait l’inverse par erreur [voir photo 5]). Les pièces de ligne de toiture des remorques R1 et R8 seront peintes comme celles des motrices.

Eclairage des feux de signalisation
Profitant du démontage de la caisse, on améliorera le rendement des LED des feux d’extrémité en collant au plus près les conduits de lucite et le circuit portant les LED, en interposant un morceau de profilé Evergreen 135. Collage à la colle cyanoacrylate (voir photo 6). Le troisième feu est une LED blanche à ton chaud dont les pattes sont mises en forme pour épouser celle de la caisse ; fixation à l’aide de ruban adhésif électrique (photo 7). Les résistances montrées sur la photo sont utilisées avec un montage digital particulier. 

Eclairage intérieur
L’éclairage sera alimenté à partir de la fausse motrice ou de la motrice qui capte le courant. La ligne de train est constituée de fil (souple noir de décodeur) et de miniconnecteurs tulipes (voir photos 8 et 9). Le ruban LED sera interrompu au passage des colonnes de fixation du châssis sur la caisse et prolongé par des fils. Une résistance de 280 ohms limitera le niveau d’éclairage sous 16 V en digital seulement.

Bogies
Peindre les voiles de roues (centres et bandages) en gris Humbrol 125 et les coussins pneumatiques de suspension (remorques) en noir mat HB 33 (photo 10). Sur les bogies arrière des motrices, enlever les marchepieds.

Divers
Le câble 25 kV en toiture des voitures sera peint en noir mat HB 33 (photo 11). Après ces modifications aisées à réaliser, il restera à mettre en peinture l’aménagement intérieur agrémenté de personnages et numériser cette rame. En attendant, elle peut déjà entrer en service et assurer des relations confortables pour les voyageurs (photo 12).#

Infos Mat.

– Coffret de base Jouef HJ4019
– Coffret complémentaire R3, R4, R5 Jouef HJ4022
– Coffret complémentaire R2, R6 et R7 Jouef HJ4023
– Pantographes 2 jeux de BB 36000 Jouef HJ2288/010 et HJ2288/012
– Ruban LED 1,5 m
– 32 x miniconnecteurs tulipes
– Résistance de 280 ohms, 1/4 W 1
– 2 x LED blanche à ton chaud diamètre 2mm pour 3ème feu
– Fil de câblage (fil de décodeur noir) : 2 m
– Profilé Evergreen 135
– Peinture Humbrol noir mat 33, rouge écarlate mat 60, gris foncé satiné 125 et blanc satiné 130

Bernard Ciry

Bernard Ciry

Auteur, spécialité matériel roulant miniature échelle H0 et réel